Quel matériel de buanderie pour mon établissement ?

0
637
Au sens propre comme au sens figuré, on ne lave pas son linge sale n’importe où et n’importe comment… Votre matériel de buanderie se doit donc d’être adapté à l’usage qui  est le vôtre. Si les fournisseurs référencés proposent du « matériel professionnel ou industriel », cela ne signifie pas pour autant qu’il s’agit uniquement de « gros » matériel. Explications.

Des petites machines pour de petits besoins…

Votre structure n’est pas un centre d’accueil de 150 lits, donc vous ne vous sentez pas concernés par la problématique de buanderie et la balayez d’un revers de main.
Vous avez sans doute raison. Sauf que… sauf que quelles que soient la taille de votre structure et la nature de votre activité (école, communauté, crèche, etc.), vous avez forcément un volume de linge à gérer. Il peut s’agir des tabliers de la cuisine, des draps ou torchons de l’infirmerie, de simples serpillières ou de mops utilisés pour votre nettoyage.

Dans ce tout nouveau marché, les fournisseurs référencés sont des professionnels de la buanderie avec des produits de qualité professionnelle.
Si vous pensez qu’ils ne traitent en conséquence que des grosses machines, laissant les petites aux magasins réservés aux particuliers avec des gammes domestiques, vous faites erreur ! Les grandes marques de buanderie peuvent proposer, par exemple, des machines à laver à partir de 6,5kg… soit une capacité inférieure au matériel parfois destiné aux particuliers !

Des petites machines, oui, mais avec de grandes performances !

Petit mais costaud !
Mais après tout, quelle différence y-a-t-il entre du matériel professionnel et du domestique ?
En réalité, la différence réside surtout dans la qualité des composants lors de la fabrication. Ces machines (et leurs composants ! ) sont ensuite soumis à des contraintes thermiques, mécaniques, chimiques, … très importantes lors de nombreuses phases de tests. Dans le professionnel, objectif fiabilité ! Pas de place à l’à peu près ou à l’obsolescence programmée qui touche beaucoup le secteur domestique. L’origine du matériel explique aussi la différence de qualité : Europe pour les pro, Asie pour beaucoup de machines domestiques.

En conséquence, des machines (un peu) plus chères, et (beaucoup) plus performantes.
3 chiffres à avoir en tête dans le duel pro vs. domestique:

  • temps : 2 fois moins de temps pour un cycle de lavage (50 min en moyenne vs. 120min);
  • écologie : 4 fois moins de fluides et d’énergie consommés ;
  • économie / rentabilité : 5 fois plus de linge traité (30 000h en moyenne vs. 4 à 10 000h).

Du pro, rien que du pro !

Ce qu’il vous faut savoir pour votre établissement, c’est que les qualités des gammes « pro » que sont solidité, durabilité, efficacité, etc., loin d’être un luxe, sont en réalité indispensables, pour ne pas dire obligatoires.
Encore une norme me direz-vous ! En réalité, vous la connaissez sans doute déjà puisqu’il s’agit de la directive machine 2006/42/EC* qui s’applique pour tous les matériels de votre établissement.
Pas de contrôle périodique sur ce sujet (sinon vous seriez déjà au courant !), néanmoins, la responsabilité de l’employeur est engagée si un accident est provoqué par l’utilisation d’un matériel à usage domestique. Sans compter que les assurances ne fonctionneront pas et ne couvriront pas les éventuels incendies, dégâts des eaux, accident du travail… De quoi peut-être reconsidérer la question lorsque votre lave-linge acheté dans une grande surface 2 ans auparavant vous tombera entre les mains…

Des questions sur le marché ? Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions sur ces besoins ainsi que sur tous les autres besoins concernant le marché.
Des questions sur les produits ? Si vous hésitez à acheter telle ou telle autre machine, ou si vous avez des questions sur la consommation ou sur la main d’oeuvre, sachez qu’un audit de la fonction linge est proposé gratuitement aux adhérents par les fournisseurs.
*La directive machines 2006/42/EC concerne aussi toutes les machines utilisées pour le fonctionnement d’un établissement. A titre d’exemple dans un autre univers, les sièges monte-escaliers proposés par nos fournisseurs dans le marché « ascenseurs, élévateurs, portes et portails automatiques » ne sont pas conformes à cette directive et ne peuvent donc être posés que dans des bâtiments à usage domestique. Les autres types d’EPMR (Elévateurs pour Personnes à Mobilité Réduite) peuvent, quant à eux, être également posés dans les ERP (Etabllissements Recevants du Public) car conformes.

Avez-vous trouvé cet article utile ? Oui Non 8 personnes sur 8 ont trouvé cet article utile.

LAISSER UN COMMENTAIRE