Bac à graisse entretenu : une obligation remplie et zéro déconvenue !

0
2178
Lorsqu’il y a une cuisine au sein d’un établissement, elle doit obligatoirement être équipée d’un bac à graisse. Si vous êtes dans le cas de l’installation d’une cuisine, nous vous conseillons d’être vigilant sur certains points, ce qui permet de mieux gérer le fonctionnement du bac à graisse. Si vous en avez déjà un, anticipez l’urgence en prenant conscience que sa maintenance est non seulement nécessaire, mais surtout obligatoire !

Que vise à faire cette obligation ?

La réglementation précise que les déchets graisseux ne doivent être déversés ni dans le milieu naturel, ni dans les ordures ménagères.

Vous êtes tenus d’avoir fait installer un bac à graisse si votre activité nécessite le fonctionnement d’une cuisine et que le règlement d’assainissement de la collectivité le prévoit. En effet, les effluents graisseux peuvent dégrader les ouvrages d’assainissement et gêner le traitement des eaux s’ils sont rejetés directement dans le réseau d’assainissement collectif. Le bac à graisse doit rester facilement accessible au moment du pompage des résidus et peut être installé à l’intérieur ou à l’extérieur de l’établissement. La taille du bac est variable et dépend du nombre de couverts et du type de restauration que vous assurez.
S’il n’y a pas de norme concernant les matériaux des bacs à graisse, il y a, en revanche, un certain nombre de visites par an à respecter pour ce qui est de la maintenance. La fréquence est en général entre 2 et 4 visites selon la quantité de couverts. Pour un établissement qui a 100/150 couverts par jour, par exemple, il faut compter environ 4 passages par an. Les interventions de maintenance ont pour but de vidanger et de curer les canalisations régulièrement, et contribue ainsi au bon fonctionnement de votre bac.

Que se passe-t-il si mon bac est mal entretenu ?

Le premier argument à avancer est de dire qu’un bac à graisse dont la capacité est adaptée et qui est bien entretenu a un rendement d’une efficacité comprise entre 60% et 70%. Si vous ne veillez pas à respecter le nombre de visites nécessaires pour l’entretien de votre bac à graisse, différents phénomènes vont se produire.
En ce cas, l’huile à la surface se solidifie, une croûte va s’épaissir au fur et à mesure, et sera donc de plus en plus difficile à casser. En fermentant, elle va aussi commencer à sentir mauvais. Le reste d’huile en-dessous deviendra difficile à pomper et, dans le même temps, la couche de déchets au fond du bac va s’accumuler.
Ainsi, la proportion d’eau entre ces deux couches de résidus, diminuée, engendre une vitesse de déplacement et d’évacuation de l’eau plus importante et donc un temps moins long pour que les déchets graisseux remontent à la surface et se collent à la couche résiduelle. Les déchets peuvent alors passer aussi avec les eaux et provoquer une pollution. Le rendement du bac devient alors quasiment nul et, à force d’être engorgées, les canalisations peuvent se boucher. Apporter une solution d’urgence pour déboucher un réduit lorsque le bac ne fonctionne plus représente un coût 2 à 3 fois supérieur à celui d’une maintenance !

Pour en savoir plus

En prévention, vous pouvez demander un audit gratuit de l’installation de votre établissement. Le Cèdre reste à votre disposition pour vous aider dans cette démarche, qui sera simplifiée si vous connaissez déjà la taille de votre bac à graisse et le nombre de couverts par jour dans votre établissement. Cet audit vous permettra :
– de savoir comment est structuré le système de tuyaux ;
– d’avoir une vision plus claire sur la manière dont est constitué votre réseau de canalisations ;
– d’identifier plus simplement et rapidement où peut se situer le problème en cas d’urgence.

Vous aurez cerné tous les avantages qu’il y a à faire vérifier et entretenir votre bac à graisse, ce n’est pas négligeable ! Pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la page de ce marché « vidange & entretien des bacs à graisse, des cuves & des canalisations« . Et pour vous débarrasser des déchets plus « quotidiens », type huile de friture, avant de la jeter dans votre évier, pensez à appeler un prestataire référencé sur le marché « Gestion des déchets – Biodéchets« …il saura la retraiter !

Avez-vous trouvé cet article utile ? Oui Non 17 personnes sur 17 ont trouvé cet article utile.

LAISSER UN COMMENTAIRE