À chaque feu son extincteur !

0
357

Savez-vous quel extincteur utiliser en cas d’incendie dans un local informatique ou dans une cuisine ? Les feux sont classés et doivent être traités justement pour que vous en soyez débarrassés. Si vous vous trompez, vous pouvez obtenir l’effet inverse et raviver ainsi le feu… Nous enfilons notre casque de pompier et vous proposons une présentation synthétique des extincteurs qui existent pour chasser le doute !

Les feux

  • les feux de classe A : ce sont les feux de bois, papier, carton, plastiques et toute autre matière produisant des braises, brûlant avec des flammes vives ou sans flammes. Ces feux peuvent couver et nécessitent d’être surveillés longtemps après s’être déclarés. Il faut utiliser un extincteur à eau, à mousse ou à poudre pour en venir à bout.
  • les feux de classe B : ils concernent les feux d’hydrocarbures, solvants, huiles (friteuses et toute préparation nécessitant l’utilisation de ce corps gras en cuisine par exemple), alcool, etc. Contrairement aux feux de classe A, ces feux ne couvent pas et ne produisent pas de braises mais sont explosifs. Si un extincteur à eau peut être utilisé, ils ne tolèrent pas toujours l’eau pour les éteindre (exemple des projections d’huile bouillante lorsque l’on verse de l’eau dessus, entraînant des risques de brûlure). Les extincteurs à mousse, poudre et à gaz sont recommandés.
  • les feux de classe C : ils regroupent les feux de gaz naturel, manufacturé, propane, butane, acétylène etc. Seuls les extincteurs à poudre peuvent éteindre ce type de feu.
  • les feux de classe D : ils se produisent surtout en milieu industriel avec des matières comme la poudre d’aluminium, de phosphore, de titane, de sodium etc. Ils sont plus particulièrement dangereux car la combustion produit de l’hydrogène, d’où un risque d’explosion. L’extinction de ces feux nécessite l’utilisation d’une poudre spéciale dont l’usage est réservé aux spécialistes.
  • les feux de classe E : désignent les feux de matériel électrique sous tension. Bien sûr, en raison du risque d’électrocution, on n’utilisera pas d’extincteur à eau ni à mousse, par exemple, mais uniquement à gaz.

Les extincteurs appropriés

  • Extincteur à eau : comme son nom l’indique, il contient de l’eau à laquelle des additifs, dont un agent mouillant (parfois irritant), sont ajoutés, afin que l’eau ne s’écoule pas le long du combustible et puisse y pénétrer. En outre, une pellicule étanche se forme alors à la surface des combustibles en feu et le prive d’air. Ces extincteurs doivent être vérifiés par un professionnel dans le cadre de la maintenance tous les ans, et régulièrement inspectés visuellement. Cette inspection peut être réalisée par l’utilisateur.
  • Extincteur à mousse : ses composants sont les mêmes que ceux de l’extincteur à eau, la différence résidant au niveau du diffuseur, qui créé une mousse dense. Celle-là isole de l’air non seulement les éléments enflammés, mais aussi les vapeurs inflammables. Tout comme les extincteurs à eau, ils peuvent être utilisés pour éteindre les feux de classes A et B.
  • Extincteur à poudre : parmi les 3 types de poudre (AB, ABC, D) les extincteurs à poudre ABC sont les plus courants et les plus polyvalents. Il contiennent généralement des particules de sulfates et de phosphore d’ammonium. La poudre se liquéfie en chauffant et forme rapidement une croûte qui étouffe le combustible. L’inconvénient est que cette poudre est très corrosive et irritante, et endommage irrémédiablement les surfaces (dans les moindres recoins) sur lesquelles elle s’est déposée. L’avantage est que ce type d’extincteur peut être utilisé à la fois pour les feux A, B et C mais aussi en cas de températures négatives, contrairement aux autres, sauf ceux pourvus d’antigel.
    Les extincteurs à poudre peuvent être aussi composés de bicarbonate de sodium ou de potassium et seront destinés à éteindre les feux de catégories B et C.
    Enfin, une dernière catégorie d’extincteur à poudre existe spécifiquement pour les feux de catégorie D dont l’usage est réservé aux professionnels, car chaque métal concerné par l’incendie doit être traité avec une poudre particulière.
  • Extincteur à gaz : il agit par refroidissement (sort à -75/-80°C) pour les feux de catégories B et E, et présente l’intérêt de ne laisser aucun résidu. Le gaz utilisé est le CO², appelé gaz carbonique, il prive également le feu d’oxygène. Les points de vigilance qu’il ne faut néanmoins pas oublier sont les risques de brûlure à cause de la température de sortie, ainsi que les risques d’explosion des appareils refroidis, dûs à la brutale chute de température.

Vous pouvez bien évidemment contacter les fournisseurs du marché « protection incendie et alarmes T4 » qui sauront vous apporter toutes les informations complémentaires et surtout adaptées à l’activité et à la constitution de votre structure en matière d’extincteurs.
Et pour en savoir plus et adhérer au Cèdre, rendez-vous sur notre site : www.lecedre.fr.

Avez-vous trouvé cet article utile ? Oui Non 7 personnes sur 7 ont trouvé cet article utile.

LAISSER UN COMMENTAIRE