Ascenseurs : choisir le bon fournisseur et le bon contrat !

0
224

Un ascenseur ne peut pas être mis en service sans contrat de maintenance. Et le choix d’un fournisseur pour en réaliser l’entretien n’est pas un acte anodin. Maisons de retraite, écoles, bureaux… Le contrat doit être adapté à la nature du bâtiment et à l’usage de l’ascenseur. Il s’agit dès lors de choisir le partenaire qui saura comprendre votre besoin et vous proposer un contrat sur-mesure. Voici des pistes pour prendre la bonne décision.

Les questions à poser avant de se décider

Pour vous aider dans cette démarche, voici une série de questions incontournables à se poser avant de signer un contrat de maintenance d’ascenseur. Liées au contenu du contrat, à l’expertise du partenaire ou aux services qu’il propose, ces questions vous guideront pour choisir le partenaire qui correspond vraiment à votre besoin spécifique.

  • Le centre de relation client est-il internalisé et accessible 24h/24, 7j/7 ? En cas de besoin et surtout de dysfonctionnement, assurez-vous de pouvoir échanger à tout moment avec une équipe à votre écoute et proche des équipes d’intervention. Un centre internalisé vous garantit qu’il connaît vraiment le métier de la maintenance et les protocoles de l’ascensoriste. Évidemment, le fait qu’il soit basé en France est un atout indéniable en terme de maîtrise de la langue et des réglementations qui nous sont propres.
  • Le contrat de maintenance est-il flexible pour s’adapter à vos besoins futurs ? Votre activité, vos équipements et vos besoins évoluent avec le temps. Au Cèdre, les contrats sont d’une durée de 1 an pour vous donner le plus de flexibilité. Attention néanmoins aux mois de préavis (de 3 à 6 mois en fonction des fournisseurs) !
  • L’entreprise de maintenance est-elle pérenne ? Il va de soi que vous ne voulez pas vous retrouver sans partenaire en cours de contrat. Exigez des preuves de sa solidité financière.
  • Les équipes de maintenance sont-elles à proximité de vos équipements ? Afin de bénéficier d’un service de qualité, assurez-vous que les techniciens de maintenance soient situés en moyenne à moins de 30 mn de vos équipements. De plus, il est important de valider que votre technicien ne soit pas isolé et qu’il fasse partie d’une équipe technique solide. En son absence, ses collègues doivent pouvoir prendre le relais.
  • Les équipes techniques sont-elles formées régulièrement ? Vérifiez qu’elles soient capables d’entretenir toutes générations et technologies d’équipements, mais aussi qu’elles puissent entretenir toutes marques d’ascenseurs. Sachez également que si vous gérez des portes automatiques, certains ascensoristes sont formés pour les entretenir ; vous n’aurez ainsi qu’un seul interlocuteur.
  • L’approvisionnement des pièces détachées est-il garanti ? Faites-vous éclaircir ce point. Quel est le processus de gestion des pièces détachées : l’ascensoriste possède-t-il bien une plateforme de livraison des pièces ? La disponibilité des pièces est-elle garantie ? Les pièces les plus courantes sont-elles bien disponibles sous 48h ?

Choisir le bon contrat

  • Quelle couverture pour les pièces détachées ? Vous avez le choix entre un contrat minimal et un contrat étendu. Le 2ème est plus cher, mais en cas de panne, un plus grand nombre de pièces détachées est pris en charge. Comme pour les assurances, c’est à vous de voir le risque que vous êtes prêts à prendre.
  • Quelle couverture horaire et de délais d’intervention ? Là aussi, vous avez le choix entre 2 options : standard et 24/24-7/7. Le 2ème est là encore plus cher, mais il garantie une intervention sous 8h même après 20h.
  • Faut-il un outil de suivi pour améliorer la disponibilité de votre ascenseur ? Télésurveillance, maintenance prédictive,… sont des systèmes embarqués sur votre ascenseur afin d’en capter un maximum de paramètre et ainsi détecter plus facilement les pannes.

Calendrier de rappel des obligations légales

Tout propriétaire d’un ascenseur a une obligation d’entretien conformément aux dispositions de l’article 79 de la loi du 2 juillet 2003 et celles du décret 2004-964. Il doit être précisé au contrat les délais de déblocage des personnes et du dépannage.

Toutes les 6 semaines
La loi impose des inspections au moins toutes les six semaines. Si la fréquentation de l’ascenseur est particulièrement importante, des inspections plus régulières seront un choix judicieux. 

Tous les 6 mois
Les câbles doivent être examinés une fois tous les six mois.

Tous les ans
Quelle que soit la fréquence choisie, le nettoyage de la cuvette, du dessus de la cabine et de la machinerie, ainsi que la vérification des parachutes, doivent être réalisées au moins une fois par an.

Tous les 5 ans
Le propriétaire doit faire effectuer un contrôle technique de son ascenseur.

Le Cèdre a mis certaines conditions sine qua non pour qu’un fournisseur puisse être référencé sur le marché ascenseurs, élévateurs, portes et portails automatiques. Il a, par ailleurs, vérifié la robustesse financière des entreprises référencées. Nous vous encourageons à vérifier ces éléments et à ne pas hésiter à nous contacter pour toute question.

Avez-vous trouvé cet article utile ? Oui Non 4 personnes sur 4 ont trouvé cet article utile.
PARTAGER
Article précédentÀ chaque feu son extincteur !
Article suivantPortrait d’une peinture de façade
Chef de marchés “Bâtiment & Energie” Il négocie pour vous les marchés : > ascenseurs, élévateurs, portes & portails automatiques > gros matériel de cuisine, gros matériel de buanderie

LAISSER UN COMMENTAIRE