Un espace aménagé sans risque d’incendie

0
79

Rafraîchissement, agrandissement… vous envisagez d’aménager une pièce de votre établissement et vous avez certainement plein d’idées de matières, de motifs et de couleurs ? Parfait mais…avez-vous pensé au respect de la classification de réaction au feu ? Les prescriptions sont différentes en fonction des ERP mais sachez que vos futurs revêtements de sol, de murs et de mobilier doivent être conformes à des exigences réglementaires !

De quelle classification parle-t-on ?

Tout d’abord, il faut savoir qu’on parle de « comportement au feu » lorsqu’on évoque la réaction d’un matériau lorsqu’il alimente un feu ou qu’il subit les attaques d’un feu. Ce sont des centres agréés qui déterminent les comportements au feu, donc le classement des différents matériaux.
La classification de réaction au feu est codifiée au niveau européen. L’ancienne codification française classe les produits de construction de M0 à M4 (M0 étant incombustible et M4 très inflammable et donc capable de propager rapidement un incendie). Bien que vous ne surprendrez personne en utilisant cette codification « M… » encore largement utilisée, elle laisse progressivement la place à la codification européenne, (« euroclasses », selon la norme européenne EN 13501-1+A1) qui établit un classement en A, B, C et D (on trouve E et F pour les produits hautement inflammables qui ne sont pas classés, type essence). Des sous-catégories existent, liées à :
– l’émanation de fumée : S pour « smoke », avec 3 niveaux qui définissent un dégagement de fumée plus ou moins important. Cela permet aussi de connaître les risques d’émanation de fumées toxiques.
– la production de gouttelettes ou débris enflammés (d pour « droplets ») en réaction au feu. Voici un tableau d’équivalence :
tableau_reaction_feu
La classe à laquelle appartient un matériau apparaît généralement sur sa fiche technique, parce que le produit a fait l’objet de tests en laboratoire. Quoi qu’il en soit, votre revendeur doit pouvoir vous donner l’information sous forme de « PV » ou de certification NF que vous devrez consigner dans le registre de sécurité. Dans les faits, pour les matériaux « traditionnels », (par exemple plâtre, béton, grès cérame, etc.) le classement est connu, non remis en cause. Attention, pour le bois massif, le classement dépend de l’épaisseur mise en oeuvre et pour le bois reconstitué, cela dépend des adjuvants à la composition du produit.

Des règlements pour les composants de votre espace

Les règlements à respecter lors de l’aménagement d’un espace dépendent en premier lieu de l’établissement (usage et classement : catégorie et type), de la pièce en elle-même (dégagement par exemple) et mais aussi de l’endroit concerné (sol, mur, plafond). Les obligations citées ci-après, à titre d’exemples, indiquent le classement maximal qu’un matériau peut détenir.

Par exemple, pour un établissement déterminé, dans un local d’activité, le règlement pourra imposer des matériaux :
– de sol : M4 maxi ;
– de mur : M2 maxi ;
– de plafond : M1 maxi.
Chaque cas est particulier et le pompier qui se charge de la prévention de votre secteur, ou votre maître d’oeuvre prescripteur, pourront vous renseigner sur votre propre cas remis dans son contexte.

En ce qui concerne l’aménagement intérieur de l’espace, le gros mobilier doit être fixé au sol ou difficilement remuable et être classé M3 (bois autorisé en épaisseur supérieure à 19mm et dans certains cas il devra être traité ignifugé). Les sièges, quant à eux, seront M3 pour leur structure, M2 pour le rembourrage et M1 pour l’enveloppe qui contient le rembourrage. Précisons que les tentures et rideaux, s’il y en a, doivent être ignifugés (classement variable pouvant être M2 au maximum dans les locaux et dégagement, M1 dans les escaliers).

Attention à la superposition des matériaux, le classement concerne la résultante de cet empilage, il ne s’agit pas du classement du dernier revêtement appliqué sur la paroi. Le classement étant fait la plupart du temps en laboratoire sur différents supports tests, les PV de classement intègrent suivant leur pertinence la nature du support sur lequel il est appliqué.
Ce règlement a pour but d’éviter le développement trop rapide d’un éventuel incendie dans un local et dans l’ensemble du bâtiment afin de faciliter l’évacuation du public et des personnels dans des conditions de sécurité les meilleures possible. 
Vous aurez approché dans cet article des informations générales, ou à titre d’exemples, qui vous permettront de mesurer l’importance de cette réglementation lorsqu’on aménage son espace. Tous les choix de matériaux en dépendent ! Les (nombreux !) détails seront à aborder avec les professionnels si vous êtes amenés à effectuer ce type de travaux d’aménagement. Le Cèdre se tient bien évidemment à votre disposition pour vous aider dans vos démarches !

 

Avez-vous trouvé cet article utile ? Oui Non 1 personnes sur 1 ont trouvé cet article utile.
PARTAGER
Article précédentBien s’équiper pour bien jardiner
Article suivantAmiante : ce qu’il faut retenir
Chef de marchés Bâtiment Architecte DPLG - Après 25 années d'exercice de la profession d'architecte, il négocie pour vous les marchés : > sécurité Incendie : protection Incendie, SSI ; > fournitures du bâtiment : peinture, fournitures électriques, outillage-sanitaire, matériaux de construction, tubes & PVC, location de matériel, cabines sanitaires, entretien des espaces verts

LAISSER UN COMMENTAIRE