Du RTC au tout-IP, et mon standard dans tout ça ?!

0
484

Le 15 novembre 2019 a été une nouvelle étape dans l’abandon du RTC avec l’arrêt de production des lignes numériques T0 et T2 sur le territoire. 

Cela signifie que les standards téléphoniques sont aujourd’hui touchés par cet abandon des accès de base (appelé T0 – 2 communications téléphoniques simultanées, et des accès « primaires » (appelé T2 – 15 à 30 communications téléphoniques simultanées).

Si votre standard utilisait encore ces accès pour faire transiter vos appels vers l’extérieur de votre organisation, au 15 novembre 2019, vous ne pouvez plus déménager votre site, en étendre la capacité, ni en créer un nouveau sans vous tourner vers des solutions basées sur l’IP : accès via un trunk SIP, basé sur une connexion internet (vs. le réseau numérique historique).

L’étape suivante sera l’arrêt technique avec la fermeture définitive du RTC et l’obligation de faire évoluer son matériel vers le tout-IP. Cette fermeture se fera par plaques et ne touchera personne avant 2023. Lorsque votre plaque sera programmée, vous serez prévenu cinq années auparavant (les premières plaques qui passent au tout-IP en 2023 ont été programmées en 2018…). La carte ci-dessous vous indique les deux premières séries de plaques géographiques concernées :

La question est maintenant de savoir si votre standard pourra ou non passer ce cap. Si vous êtes sur le point d’en changer, assurez-vous que votre installateur anticipe bien cet abandon du RTC.

► S’il vous propose de maintenir ou de remplacer absolument vos accès T0 ou T2, vérifiez bien auprès de votre opérateur (le Cèdre peut aussi vous assister) : selon l’ancienneté et l’opérateur, certains accès T0 et T2 sont déjà basés sur de la VoIP (et non plus sur du Numeris / RNIS) et ne seront donc pas concernés par l’arrêt du RTC (un peu à l’image de votre ligne fixe qui passerait aujourd’hui sur une box).

► Si vos accès T0 / T2 sont à remplacer et que vous devez passer sur un accès trunk SIP, sachez que les standards d’un âge inférieur à 10 ans offrent généralement une possibilité d’évolution vers ce type d’accès.

Le Cèdre se donne pour mission d’aider ses adhérents à identifier l’évolutivité ou la non évolutivité du matériel de ses adhérents. La première étape serait, pour cela, de remplir ce questionnaire en ligne pour une première identification (aucune question n’est obligatoire mais chacune pourra orienter au mieux les conseils du Cèdre) : https://fr.surveymonkey.com/r/JKPSVF2

Une chose est sûre, même s’il n’y a actuellement aucune urgence à faire évoluer sa téléphonie, contrairement à ce que certains acteurs tentent de faire croire avec une prospection anxiogène, il faut l’anticiper.

Cette anticipation peut véritablement être bénéfique puisque le passage à l’IP ouvre à de multiples applications.
En effet, la téléphonie et l’informatique partagent désormais la même technologie et le même réseau : place aux COMMUNICATIONS UNIFIÉES ! (messagerie instantanée, partage de fichiers, conférence audio/web, convergence fixe/mobile…)

Plusieurs options s’offrent alors à vous : un nouvel IPBX, un IPBX logiciel, un IP Centrex… ? Un raccordement avec votre système de sûreté, avec un appel malades… ? Pour plus d’information sur la fin du RTC :

https://www.fftelecoms.org/

Avez-vous trouvé cet article utile ? Oui Non 7 personnes sur 7 ont trouvé cet article utile.

LAISSER UN COMMENTAIRE